un jour…une etoile…

Des maux dits par des mots, mon cris? Mes ecrits…mais j’oublie pas mes joies…

21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 5:45 | Pas de réponses »

Evanouie

Ma vie est une voix fragile
Ou tout me parait inutile
Je suis, jusqu’a ce jour, un être vivant
Mais qui n’a plus rien en dedans…

Ils souffrent, ils s’ouvrent, ils s’évadent
Ils ne courent plus, ils s’écrasent comme une cascade
Ils ne viennent plus a moi, ils crèvent
Ils se meurent lentement, mes doux rêves !

Mes larmes, un lac, devenues rivière
Mes yeux aussi sec que le milieu du désert
J’essaye, en vain, de me remettre debout
Mais je ne vois rien que l’entre d’un terrible trou

Mon regard devient aveugle aux espoirs donnés
Mon cœur, trop plein, trop lourd a porter
Il suffirait d’un peu d’amour pour l’encourager
Mais c’est la que mes rêves ont du stopper !

Ils ne viennent plus a moi, ils crèvent
Ceux qui étaient si présent dans ma vie
Jour et nuit, oh joie étaient mes rêves !
C’est une fin, tous enfuis…évanouis…

A l’infini…evanouie…

Evanouis dans poemes signetoilecn8

4sept 05
23h30
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 5:33 | Pas de réponses »
Qui va-la ?

Seule, dans cette maison de désespoir
Ecrivant quelques mots sur un vieux tableau noir
La porte du bureau se mit à grincer
Qui va-la ? Demandais-je, tétanisée !

Ne sois pas effrayée, me dit une petite voix
Je viens en visite, j’ai entendu que tu étais la.
Il fallait que je passe très vite te voir,
J’ai ressenti ton cœur sombrer dans le noir

De la ou j’étais, je ne voyais qu’une lumière étrange
Une odeur d’oiseau ou peut-être, celle d’un Ange
Sa voix aussi paisible et douce que celle d’un enfant
J’attendais, avec angoisse, de savoir qui, quoi, impatiemment.

Mon nom est Sterenn, continua la voix
Les anciens me nomment l’espoir ou la fois
Ils ne savent pas vraiment qui je suis
Pour eux je ne suis qu’un mot, un mot sans vie

Je laissais la voix, la lumière m’envahir
Me disant en moi-même, je rêve, ou je délire
Mais si c’est un rêve, je ne veux pas qu’il s arête de si tôt
Je ne sais pas si un jour, j ai ressenti un tel repos.


Tu ne rêves pas, me dis la voix, croix-moi
Je suis la, car tu as fait appel a moi
Tu disais ne plus avoir de rêves, ni d’espoir
Tes pleures m’ont appelées tes soirs de cafards

Oui, c’est vrai, je n’ai plus de rêves pour m’aider
A supporter ma cruelle réalité
Ma solitude me pèse tel un poids qui m’enterre
Dans un néant inconnu semer de bouts de verres

Je suis la pour t’aider à voir, a regarder
Ce que cachent tes yeux qui les rendent malheureux
Tu as encore dans ton cœur plein de choses a rêver
Ne laisse pas ton aujourd’hui tout gâcher

Ecoutes moi bien, moi Sterenn, qui est venue pour toi
Ecoutes bien ma voix, n’ai crainte, regardes moi
Je suis la pour quelques jours avec toi
Pour te redonner ta fois en toi

Ne te laisses pas envahir par cette vie qui n’est pas la tienne
Un jour, je te le promets, une bonne Ame viendra t aider
Tu reconnaîtras son accueil chaleureux, sa bonté
Tu pourras réaliser que la vie n’est pas que haine

Imagines toi une autre histoire
Celle que tu as enfermee dans ce vieux placard
Que tu as fermé a double tour
Ne croyant plus au bonheur de l’amour

Faisons de ces quelques jours un retour de vie
Celle que tu attends, tes ambitions, tes envies
Avec moi, tu connaîtras ce qu’est la paix
N’oublies rien de ce que je dis, même lorsque je disparaîtrais

Tu vas retrouver ton sourire
Sterenn peut te le garantir
Laisses-toi guider par ma lumière, ma voix
Fuis cette peur, et laisses toi guider par tes pas

Fuis cette peur, ta douleur, ton malheur…
Ouvre-moi la porte de ton cœur
Fuis, fuis cette peur !
Vas, vis pour ton bonheur !

Je suis restée la a écouter, même entendre
Je ne sais pas si j’ai pu tout comprendre
Mais je me sens envahie d’envies
Celles de me battre pour mon avenir, ma vie !

Est-ce que cela continuera ?
Nul ne pourrait le dire, même pas moi
Pour l’instant je ne suis pas seule…
Cet espoir, je le prends, je l’accueille…
qui va la? dans poemes signetoilecn8

5sept 05 23h15
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 5:25 | Pas de réponses »
Jeu cruel

Salut comment vas-tu ?
Va et toi ?
Va…

Puis c’est le silence des rues
Va et toi ? va…
Rien de plus

Allô ! j’appelle pour avoir de tes nouvelles
Ca fait longtemps, que deviens-tu ?
Oh ! ben toujours pareil
Rien de nouveau, tout est connu
Bon c est pas que tu me dérange
Heumm, on se rappelle hein, quand ça t arrange…

Toc toc ? salut c’est moi
Je venais te voir après être partie si longtemps
Oui, et c’est pour quoi ?
Bien pour discuter, passer un peu de temps
Un autre jour, si tu veux bien
Allez, je t appellerais demain…

Elle a fait le tour de ses amis
Mais depuis son retour tout a change
Ceux qu’elle appelait ainsi
Des qu’ils la voient, un mot…et vite rentrer…

Elle le savait avant de partir
Elle le craignait si fort…
Elle voudrait s’enfuir
Pour celui qui a ses tords…

Le pire pour elle, c est de ne rien savoir
De se retrouver seule a pleurer chaque soir
Il a voulu l’éloigner de ceux a qui elle tenait
Pour mieux la récupérer, enfin c’est ce qu’il croyait

Il a réussit, maintenant, c est la solitude
Pour lui, les yeux remplis de béatitudes
Il sait comment la faire pleurer, la mettre or d’elle
Il sait se jouer d’elle….mais…
Ce jeu la est vraiment cruel……..
jeu cruel dans poemes signetoilecn8

6 sept 05

22h54
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 4:30 | Pas de réponses »
Fouineur de cœur en pleur

Qu’as-tu donc fait, toi ?
Dois-je me taire, en rester la ?
Oui ! Car je n’ai pas le choix
Mais crois bien que ma colère est la !

Ton but, ma solitude
Pour toi aucune gratitude
Tu as fouiné dans mon cœur
Pour y souiller mes pleures

Que dois-je en déduire ?
Quand tu ne fais que mentir !
Si le mot est dit
Ta rage grandit…

Alors la paix s’impose
Dans cette maison sans prose
Ou tu m’as volé mon passe
Mon présent, ma volonté

Mon jardin secret n’est plus
Puisque tu as tout lu
Profiter de mon absence
Pour en faire ma déchéance

La solitude me pèse
Nul par a l’aise
Tu as détruit tous mes liens
Pour que je ne reste…qu’un !

Qu’un être sans vie
Sans joie, sans envie
Bravo ! Tu as réussit
Je ne suis plus que l’ennui

Si tu viens encore ici
Y voir mes écrits
Tu y verras celui-la
Même si ça ne t’arrête pas

J’aurais poussé mon cri amer
Pour te montrer que ma stupidité
N’est pas aussi vrai que tes chimères
Juste le prix d’un silence a payer !

Ton but, ma solitude
Pour toi aucune gratitude
Tu as fouiné dans mon cœur
Pour y souiller mes pleures

Tu as fouiné dans mon cœur
Pour y souiller mes pleures

Pour y souiller mes pleures…
. Fouineur de cœur en pleur  dans poemes signetoilecn8

19 sept 05
19h12
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 4:09 | Pas de réponses »
Un moment de silence

la naissance d’un enfant
est ce qu’il y a de plus beau
le monde est differant
losrsqu’il dit ses premiers mots

on voit des choses oublies
on s’arette devant la beaute
on ne court plus pour rien
nous tient la main sur tous chemins

il grandit, sourit, rit aux eclats
il fait le clown, pour qu’on n’oublie pas
qu’il est la, devant et avec nous
il sait dire les je t’aime sans aucun tabout

il commence les pourquoi
veut deja tout comprendre
des fois sans voix
devant ces petits si tendre

je parle pour moi
de comment je vis au cotidien
ce petit bout de sois
ce grand et superbe destin

elle est ma vie
mon histoire non finit
si belle et epanouie
fiere, si fiere de toi, ma petite cherie

un enfant est l innocence
et surment notre renaissance
mais seulement pour ceux qui voient
que l’enfant n est pas une croix…

je ne peux imaginer
qu’un jour l’on puisse la blaisser
je ne peux meme pas supporter
que cela puisse lui ariver!

Je pleure, oui je pleure pour ces deux fillettes
comme je pleure pour ceux mis aux oubliettes
ca aurrait pu etre un de nos enfants
comment accepter en tant que parents!

Et pour ceux qui ne vivent pas cela
pour ceux qui n’ont pas de petits anges
pour ceux qui n’ont jamais connu ces maux la
arettez de vous dire que ca derange!

C est la vie, la dure realite
que trop d’enfants doivent endurer
il est temps de dire stop! De reagir!
Ne les laissez plus souffrir…mourir!

Il est vrai qu’aux infos, plein d horreur
mais il est vrai aussi que ca, ce n est pas erreur
ne dite plus « oh mon Dieu »!
bougez, agissez au mieux!

Je parle par experience
de cette loi du silence
c est le chacun pour sois
et parlons pas des lois!

Donnez vous du temps devant vos enfants
c est la le plus important
donnez leur du temps, leur temps
ecoutez leur dire, leur cris…leur chants…

J arette la pour aujourd’hui
ma petite prose en colere
je me donne un moment
un moment de silence…pour ces petites en terre…
Un moment de silence dans poemes signetoilecn8

30 juin 2006
17h06
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 4:04 | Pas de réponses »

Pour gagner

Combien savent mes pleures du soir
Combien savent mes coleres
Combien savent mes desespoirs
Combien de fois me suis-je perdue en mer

Qui etiez-vous pour briser des enfants
Qui etiez-vous pour trouver ca amusant
Qui etiez-vous pour tuer l innocence
Qui etiez-vous pour chasser nos chances

Ou etiez-vous quand j’avais peur
Ou etiez vous quand mon coeur etait malheur
Ou etiez-vous quand je cherchais du reconfort
Ou etiez vous, vous, dans vos tords

Comment avez-vous pu nous faire si mal
Comment avez-vous fait pour trouver ca banal
Comment m avez-vous noyee loin de la clarte
Comment avez-vous pu tant nous detester

Quand vous etes vous dit que mon enfance serait bannie
Quand avez-vous decide de donner des larmes et des cris
Quand a t-il commence ce jeux
Quand vouliez-vous des malheureux

Pourquoi tant de mensonges, d’hypocresie
Pourquoi ne pas nous avoir protegees de la vie
Pourquoi vous defouliez-vous sur nous
Pourquoi pourquoi dites le nous!

Mais si vous croyez avoir gagne
Mais si vous pensez m avoir tuee
Mais si vous riez encore de vos faits et gestes
Mais riez donc de vos restes…

Car moi, contrairement a vous, j’avance
Car moi, meme si j ai pas oublie mon enfance
Car oui, c est un fait, vous m’avez brisee
Car car…moi j ai et je connais l’Amitier

Et oui, petit a petit je casse ce que vous avez construit
Et s’il me faut du temps, je le prends pour ma vie
Et si vous croyez que je n’y arrive pas
Et que je suis comme autrefois, c est que vous ne me connaissez pas

Combien, qui, ou, comment quand, pourquoi
Mais, car …et…toutes les histoires commence comme ca
Enfin presque toute…
Certaines restent en doutes….

Nous les enfants d’hier
Qu’avont vecu l’enfer
Aujourd’hui main dans la main
Nous apprenons notre demain…

Vous qui croyez savoir qui je suis
Venez donc me voir aujourd’hui
J ai encore mes larmes et mes cris
Mais ils ne sont plus enfouit..

Aujourd hui je dis, je cris, je vis
Aujourd’hui, je pense, je vois, j ecris
Aujourd’hui m’appartient malgre mes deboirs
Mais aujourd’hui je me suis donnee le droit d y croire

Je rattrappe tout ce temps perdu
Meme si des fois je suis perdue
Je remonte en selle de ma rennaissance
Et si je retombe, je recommence

Oui venez me voir et vous verrez
La petite fille a bien changee
Elle se bat pour retrouver sa liberte
Et elle se bat….pour GAGNER!

11 juillet 2006
Pour gagner dans poemes signetoilecn8
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 3:49 | 1 réponse »
Souvenirs passes

Je me souviens des odeurs
de toi, de ta puenteur
de cette baraque en bois
dans ce jardin, bien la

je me souviens de ta voiture
grise comme une armure
mais pour moi, elle aussit
elle a vu, elle a subit

je me souviens de cette foret
ou chaque annee, on allait
pour que tu devoile notre corps
et nos cris, perdus dans le decors

je me souviens de cette riviere
ou la peche m’etait colere
quand tes main se posaient
la ou elles ne le devaient

je me souviens de cette chambre
celle ou tu m avais fait mal aux jambes
celle ou j avais crier de douleur
la ou j ai si souvent eu peur

je me souviens pour ca
tes mots dis «tous les papa font ca »
y avait toujours un lieu
pour que tu jouisses de tes jeux

je n etais qu une enfant
avec un petit corps innocant
mais tu as brise tout cela
avec toujours ton air contant

je me souviens de tout ce temps
violee, brisee, isolee, hurlant
mais aujourd’hui, mon regard
met fin a toute cette histoire

j ai beau me souvenir
a quel point tu ma fait souffrir
je suis femme et maman
il m appartient, c est mon temps

je ne te quitte pas petite fille
mais il est temps pour moi de briser
tout ce long et douloureux fil
que fut mon passe

adieu bourau de mon enfance
meme si je te hais, je refais ma naissance
je me souviens, et me souviendrais
mais je veux vivre…et je vivrais!!!

  27 juin 2006
Souvenir passes dans poemes signetoilecn8
21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 3:35 | 1 réponse »

si un jour je t’ai connu…

si un jour je t’ai connu
alors je ne m en souviens plus
on dit c est toi qui m a donne la vie
mais as-tu entendu mon premier cris?

refrain
on dit de toi « maman »
mais tu n est pas la mienne
j’ai perdu trop de temps
a croire en ce poeme

si un jour je t ai connu
non je m en rappelle plus
mon petit regard d enfant
ne te semblait pas assez emouvant

aujourd hui c est moi la maman
je ne peux faire semblant
chaque jour je vois mon enfant
au sourire, au regard si vivant

comment as tu pu nous ignorer
tu n avais donc pas de coeur
tu nous a tous rejettés
en nous envoyant dans le malheur

tu parles, mais tes mots sont d’alcool
jamais de reelles paroles
mais qui etes vous donc madame?
pour vos actes, je vous condamne

non je sais que vous n etes pas mes boureaux
mais vous m avez laissée sans bouger
votre occupation etait plus importante
boire, vous soueler, devenir impotante

vous preferz plaider l ignorance
et dire les pauvres enfants…
ils n’ont pas eu de chance
sur ce, tu bois ta potence

je t ai effacée, oubliée, mise au retrait
avoir ton sang me donne des nausée
jamais je ne m’y ferais
tu n as rien d une maman aimée

j ai si souvent esperé une erreur
qu a la maternité, ils se serait trompés
mais tout ca n est que leure
je viens d un …poulaillé

refrain
on dit de toi « maman »
mais tu n est pas la mienne
j’ai perdu trop de temps
a croire en ce poeme

on dit de toi « maman »
mais la , c est moi qui t abandonne
j ai perdu trop de temps
plus rien, je ne te donne

on dit de toi « maman »
mais tu n est pas la mienne
on dit de toi…on dit de toi…
mais ca n est pas pour moi…

si un jour je t ai connue dans poemes signetoilext2

13 juin 2006

21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 3:16 | 1 réponse »

Un jour de pluie

Il fait beau en ce jour d’été
Il y a foule dans les rues
A la mer, un trop plein de vacanciers
A la montagne, ils admirent la vue

Chacun d entre eux ont une histoire
Certain sont seule, cherchant l’âme soeur
d’autres s’epanouissent dans leur bonheur
et d autres encore, cherche un peu d’espoir

Il fait beau en ce jour d’été…
Peut-etre un peu trop de chaleur
On voit se promener des coeurs brisés
et plein d’Ames désespérées

pourquoi y a t-il tant de larmes
Et des passants qui ne voient rien
pourquoi tant se désarment
pour se noyer dans le chagrin

Il fait beau en ce jour d’été…
Qui se trouve sous ces visages masqués
Qui est celui qui boit un verre au café
Et la femme, la-bas, qui promene son bébé

Il y a un tas de livres dans chaque maison
Des secrets, des oublies, des trahisons
Un peu de romance pour ceux qui ont la chance
Un lac de malheur pour ceux qui sont douleur

La vie n est pas une généralité
elle est partout et en meme temps unique
elle est joie, tristesse, parfois deroutée
Des voix disent que la vie se fabrique…

il fait beau, oui beau en ce jour d’été
Mais si nous pensions un peu plus au voisin
Si l’on réaprenait a tendre la main
A accepter, comprendre, voir, écouter…

On a peur de parler de nos sentiments
Cette peur d etre, tout simplement
Et puis il y a tous ces jugements
Qui rend l etre humain mefiant

il faisait beau en se jour d été…
mais dans la vie d’une Ame perdue
Seule la tristesse etait d actualite
Ses espoirs, comme un glace fondue

Sur une route desertee
Un passant oublié
Sur un chemin meurtri
Il vit …un jour de pluie…

Il faisait beau ce jour la
Mais pour qui
Pour lui, pour elle, pour moi
Perdus dans l’oublie

Ne jugez pas la tristesse
Beaucoup, et meme vous, la connaisse
N ignorez pas les demunis
Car pour eux, c est leur jour…

Pas leur jour de gloire
Encore moins leur jour d espoir
Mais ils cherchent leur vie
en ce jour, oui ce jour…de pluie…

 

 Un jour de pluie dans poemes signetoilext2

23H56
9 mai 2006

21
juil 2006
Posté dans poemes par etoile à 2:49 | Pas de réponses »
Assez!

Laissez moi vivre
Laissez moi rever
Que la vie m’ennivre
Sur un chant d ete
Laissez moi dormir
Juste me reposer
Pour enfin grandir
Au travers d une histoire inventee
Faite de milliards d etoiles
d oiseaus volant sans fin
et lever le voile
sur mes triste matin

laissez nous en paix
laissez nous vieillir
apprenez le respect
aprenez a sourire
aprenez a aimer
l homme dans ses pensees
ne soyez pas haineux
riez aux eclats
regardez vous heureux
ca s apprend vite et on aime ca
c est ca la vie,
enfin je crois

arettez de nous donner
de la peur, de l engoisse
arettez de choyer
ces malheurs desordonnes
regardez dans vos yeux
l histoire de votre enfance
plein d espoir joyeux
de jeux, d innocence

arettez de penser
que le jeu doit stopper
tout ca parce qu un jour
on vous a dit d oublier
que le veritable amour
est celui que l on vous a donne
au temps ou vous etiez petits
malheureusement, vous avez « grandit »
dans un monde de profit
partit dans l oublie
vous n avez pas compris
qu au font de votre coeur
il reste cette chaleur
que vous pourriez sortir
ne serait ce que pour donner un vrai sourire
un regard, un geste d affection

j en ai assez, assez de cette indifferance
assez d avoir peur chaque jours depuis ma naissance
de vos actes debiles et cruels
de ces gestes non reflechis
de tous ces mots qui nous arrivent en nouvelle

assez, oui j en ai assez
de ces lois qui ne sont pas a jour
assez de devoir suivre le meme parcour
que mon voisin de palier
que je ne connais meme pas
par mefiance, ou par mepris
qu importe, nous sommes la
tous dans un bol bien rempli
de haine, de desespoir, de jalousie

laissez moi vivre
laissez nous vivre
laissez nous penser
laissez nous creer
un nouveau monde gouverner
par l amour, le soutien, le coeur
et non par le fric et la frayeur

trop de paroles vous avez dit
trop de faux actes, trop de mepris
trop de soufrances
dans ce monde d indiferance

c est ainsi que je pousse mon cri
assez de tous ces dires
assez assez! enfants d aujourd hui
d hier, de demain n ont pas a souffrir
ce n est pas une question de droit
ni meme une question de choix
c est de l humanite…
nous qui savont penser

j en ai assez assez de crier
de crier…pour que dale
ecoutez nous, ecoutez!
ecoutez…notre mal…

                                     Assez! dans poemes signetoilext2

le 20 octobre 2001 1h du matin

123456

essiane |
Test Blog |
Tinange & Tinamour...né... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi une larve o régime
| MONSIEUR OUAPOUAP
| les potins jet set,,,,,,,,,...